• Ce sujet contient 1 réponse, 2 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par Ludo, le il y a 4 années.
2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Auteur
    Messages
  • #3558
    Divama
    Participant

    Le Standard a vécu au sein de son noyau une expérience assez unique dans le football : la prise en compte d’une certaine auto-discipline par le groupe lui-même.

    Les faits son parlants et nombreux, c’est bien Gillet, Poco, Polo et Régi (rejoints en fin de saison par Mehdi) qui ont pris en main progressivement la gestion de l’état d’esprit collectif du noyau. Et face à ça, tant Ricardo sa Pinto que la Direction du club ont eu l’intelligence de leur laisser l’espace suffisant pour que cela devienne une expérience positive qui libère les joueurs sur le terrain et les garde concernés sur le banc ou en tribune.

    Ce n’était pas gagné d’avance, mais Ricardo a eu la finesse d’esprit de leur lâcher la bride (à leur demande) au bon moment, un peu après le stage de janvier.
    Savoir qu’à la mi-temps à Ostende, ce n’est ni le coach ni le président qui sont venu gueuler dans le vestiaire tels des sergents instructeurs de l’US army, ce qu’aurait fait n’importe quel coach ou président mauve, blauw ou gantois, mais que ce sont les joueurs eux-même qui se sont motivés et reconcentrés pour aller gagner ce match de la dernière chance, est très instructif sur l’ambiance générale du club et sur la responsabilisation des joueurs qui y a été instaurée. C’est ce fameux “Esprit de Famille” dont tout le monde se loue aujourd’hui.

    Il y a eu, au Standard, cette saison 2017-2018 une sorte d’embryon d’autogestion du vestiaire qui est suffisemment rare que pour le souligner.

    Que dans ce cadre, Mehdi ai dit que, n’importe comment, il montait sur la pelouse, me parait évident. Et ça ne veut pas dire qu’il n’était pas prévu qu’il y monte ( ou simplement qu’il était prévu qu’il monte à l’heure de jeu). Ça veut dire que dans son esprit et certainement dans celui de tout le groupe, il était évident qu’il devait monter.

    Et tout cela ne fait de sa Pinto ni une clenche ni un virtuose tactique. Il reste passablement dans la norme et la logique pour ses mises en place et ses prises de décisions. Par contre ça donne de lui l’image d’un meneur d’homme intelligent qui a su gérer un vestiaire au point de lui insuffler la confiance nécessaire pour se prendre en main et assez fin que pour savoir quand il devait intervenir et quand il devait laisser faire.

    Or un vestaire qui rayonne de confiance, ça vaut toutes les tactiques du monde.

    #3560
    Ludo
    Participant

    Tout ça pour retirer une peu de crédit à SP… Il faut passer à autre chose maintenant, Diva. 😉

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.